Nouvelles

Archive for janvier, 2018

Comment blanchir un carrelage ou un plancher de céramique ?

Avec le temps et les nombreux passages, ou suite à des travaux, le sol en carrelage ou le plancher de céramique a tendance à s’encrasser et à ternir. Il existe plusieurs méthodes infaillibles permettant de blanchir le carrelage, sans qu’il soit forcément nécessaire d’utiliser des produits chimiques.

Les cristaux de soude

Bien que les cristaux de soude soient irritants pour la peau et nécessitent le port de gants de ménage, ils sont sans danger pour l’environnement et permettent de récupérer un sol encrassé.

Pour cela, on verse sur le sol une solution composée de cristaux de soude et d’eau chaude (la concentration est d’un verre de cristaux pour  un litre d’eau chaude) puis on nettoie en frottant énergiquement. Ensuite, on rince à grande eau, puis on sèche le carrelage ou le plancher en céramique à l’aide d’une serpillière.

L’acide citrique

Acide végétal organique naturel, l’acide citrique est un produit totalement biodégradable qui détartre, nettoie et dissout les saletés. Pour raviver son sol, il suffit de le frotter avec un balai-brosse et une solution à base citrique selon une concentration de cinq cuillères à soupe d’acide citrique pour un litre d’eau chaude. Ensuite, il convient de rincer le carrelage ou le plancher en céramique à l’eau claire puis de sécher à l’aide d’une serpillière.

Le vinaigre blanc

Nettoyant indispensable dans la cuisine et la salle de bain, le vinaigre blanc, que l’on désigne également sous le nom de vinaigre de cristal ou vinaigre d’alcool, fait aussi des miracles sur les sols ternis et encrassés. Extrêmement économique, le vinaigre blanc est à la fois un nettoyant, un désinfectant et un désodorisant totalement naturel et écologique. Il permet de venir facilement à bout des sols encrassés et graisseux.

Pour nettoyer un carrelage ou un plancher en céramique, on utilise le vinaigre blanc quasiment pur (on mélange trois quarts de vinaigre pour un quart d’eau tiède). On trempe la serpillière dans le seau et on la passe sans l’essorer sur le sol. Puis on rince à grande eau avant de sécher le carrelage ou le plancher en céramique avec une seconde serpillière propre et sèche.

Le savon noir

Le savon noir est un mélange d’huile et d’olives noires broyées et macérées dans de la potasse et du sel. Il se présente sous la forme d’une pâte, est économique et totalement écologique. C’est un excellent dégraissant qui s’avère redoutablement efficace pour nettoyer les sols. Il s’utilise à raison de deux cuillères à soupe de savon noir pour un seau d’eau tiède. Il suffit de frotter le sol avec la solution, de rincer généreusement puis de sécher au moyen d’une serpillère pour nettoyer son sol en profondeur et lui rendre sa blancheur initiale.

Les joints

Les joints sont souvent incrustés de poussières et de saletés, et sont moins accessibles que les dalles de carrelage ou de céramique. On peut raviver leur blancheur en les frottant à l’aide d’une vieille brosse à dents imbibée d’eau chaude et d’eau de Javel ou de vinaigre blanc.

Même si un sol en carrelage ou en céramique a une durée de vie de plusieurs décennies, il perd de son éclat avec les années et les passages intempestifs. Avec des méthodes écologiques et de l’huile de coude, il est possible de raviver la blancheur d’un sol, et de lui redonner un aspect comme neuf.

Posted in: Nouvelle

Leave a Comment (0) →

Nettoyage après un sinistre ou incendie : 3 avantages de faire appel à des professionnels

Après un incendie ou un sinistre, qu’il s’agisse d’une inondation ou d’un court-circuit électrique, il convient de sécuriser les lieux et de prendre les mesures conservatoires afin de minimiser les conséquences du sinistre. L’assuré doit également contacter sa compagnie d’assurance afin de déclarer le sinistre et connaître la procédure pour être correctement indemnisé et dans les meilleurs délais. Ensuite, le logement ou les locaux professionnels doivent être remis en état de fonctionnement le plus rapidement possible. Mais il ne suffit pas d’évacuer les déchets et de faire un nettoyage standard pour que tout redevienne comme avant. Un nettoyage après un sinistre ou un incendie est une opération complexe qui requiert bien souvent l’aide d’un spécialiste.

1. Utiliser la technique, les équipements et les produits adaptés

Nettoyer des locaux après un sinistre est une affaire de spécialiste et ne s’improvise pas. En effet, tout le monde ne sait pas, par exemple, qu’un mur couvert de suie ne se nettoie pas simplement avec une éponge mouillée et que cette opération ne fait au contraire que laisser pénétrer la suie dans le mur de manière irréversible.

Les spécialistes sont eux équipés de matériel professionnel et suivent régulièrement des formations : ils savent comment procéder et quels fongicides et bactéricides employer en fonction de ce qu’ils doivent désinfecter. Ils disposent d’équipements spéciaux leur permettant d’accéder partout, même dans les conduits de ventilation.

2. Effectuer toutes les opérations de nettoyage

Un incendie provoque des traces de suie sur le béton, le métal, les briques ou encore le bois. Plus qu’un simple nettoyage, les professionnels procèdent à plusieurs opérations pour remettre en état les zones souillées :

  • une décontamination désinfection
  • un nettoyage avec décapage des suies.
    • On peut utiliser la technique du sablage mais cela présente l’inconvénient de devoir retraiter les déchets secondaires
    • l’utilisation de brosses spécifiques ou de détergents sont des procédés efficaces mais longs et fastidieux
    • le nettoyage cryogénique : les professionnels projettent des particules de neige carbonique. Cette technique permet d’intervenir cinq fois plus vite après l’incendie et demande quasiment dix fois moins de temps que les méthodes traditionnelles
    • la méthode par encapsulage consiste à recouvrir les surfaces avec un revêtement spécifique
  • un traitement de la corrosion sur les métaux
  • une opération spécifique pour supprimer les odeurs : il existe deux méthodes pour supprimer les odeurs, la cryogénie et le nébuliseur.
  • une remise en état des revêtements muraux, des ouvertures et des façades.

3. Décontaminer et désinfecter les lieux

Après un incendie ou un sinistre, il est nécessaire de décontaminer et désinfecter les lieux. Cette opération consiste à éliminer les bactéries, les germes, les champignons et les virus. L’objectif est d’assainir les locaux afin d’assurer un environnement sain aux habitants du logement, ou aux travailleurs et aux clients s’il s’agit de locaux professionnels. En décontaminant les lieux, on enraye la propagation des microbes et des virus, on limite la multiplication des germes  et on évite la propagation d’épidémies. Une désinfection efficace s’applique à l’ensemble des surfaces au contact des mains (téléphones, poignées de porte, etc.), des textiles (tapis, voilages) ainsi qu’aux conduits d’aération.

Même si faire appel à un spécialiste pour effectuer un nettoyage après un incendie ou un sinistre coûte plus cher que de le réaliser soi-même, il s’agit de la solution la plus sage. C’est un véritable gage de qualité, et cela permet de retrouver un logement ou des locaux professionnels propres et sains dans les meilleurs délais.

Posted in: Nouvelle

Leave a Comment (0) →

Nettoyage d’un restaurant : quels sont les endroits à ne pas manquer ?

Dans le domaine de la restauration, le maintien des lieux en parfait état de propreté revêt une importance toute particulière. Tout doit être fait pour minimiser les risques microbiologiques qui sont source d’intoxication alimentaire. La cuisine, le lieu le plus sensible en matière d’hygiène, fait l’objet d’un nettoyage particulièrement pointilleux mais la salle ne doit pas être négligée pour autant.

La cuisine

Le nettoyage des cuisines d’un restaurant se fait après chaque service afin d’éviter que la crasse sèche et se colmate dans les trous ou les joints du carrelage. Ainsi, on nettoie quotidiennement :

  • Les poubelles. Une fois vidées, elles sont lavées, brossées, rincées et garnies d’un sac neuf
  • Les murs sont nettoyés avec de l’eau tiède et un dégraissant désinfectant
  • Les plans de travail, les tables, les protections, les étagères inox et les marbres se nettoient avec de l’eau tiède à laquelle on ajoute un dégraissant désinfectant
  • Les fours, les pianos, les fours micro-ondes, les salamandres et les grille-pain. Il faut d’abord éliminer les déchets puis nettoyer avec de l’eau tiède et du dégraissant désinfectant
  • La friteuse est nettoyée à chaque changement d’huile. Après l’avoir vidée, on laisse tremper le bac avec un dégraissant désinfectant pendant la nuit. Le lendemain, on rince puis on sèche la friteuse.
  • Le poste lavage des mains et le bac de plonge sont lavés et frottés avec un dégraissant désinfectant
  • Le lave-vaisselle et le lave-verres : les pièces amovibles sont démontées, les déchets sont éliminés puis tout est nettoyé avec de l’eau tiède et du dégraissant désinfectant
  • Les poignées des portes et interrupteurs sont nettoyés à l’aide de lingettes désinfectantes
  • Les sols : on aspire les déchets, on lave avec un dégraissant désinfectant, puis on laisse agir cinq minutes avant de brosser. Ensuite, on rince puis on évacue l’eau avec la raclette, et on laisse sécher. À noter qu’il ne faut pas oublier de nettoyer le siphon.
  • Une fois par semaine

Les hottes aspirantes et les filtres sont nettoyés. Les grilles sont démontées et le tout est lavé avec de l’eau tiède et du dégraissant désinfectant. On laisse agir quinze minutes, on brosse puis on rince avant de sécher puis de remonter le tout.

La machine à laver la vaisselle et le lave-verres sont détartrés.

La machine à glaçons est nettoyée et brossée avec de l’eau tiède et du désinfectant, puis rincée à l’eau claire et séchée.

  • Une fois par mois

Les plafonds doivent être nettoyés à l’eau tiède avec du dégraissant désinfectant.

Les réfrigérateurs et congélateurs sont vidés et lavés avec de l’eau tiède et du désinfectant, puis rincés et séchés.

La salle

  • Chaque jour, les tables sont lavées avec de l’eau tiède et un dégraissant désinfectant, sans omettre de nettoyer le dessous des tables. Les sols sont aspirés et lavés avec de l’eau tiède et du dégraissant désinfectant.
  • Les vitres et les miroirs sont frottés avec du produit à vitres.
  • Les chaises, banquettes, buffets et monte-plats sont nettoyés chaque semaine avec de l’eau tiède et du dégraissant désinfectant.
  • Les toilettes : après le service, la poubelle est vidée puis nettoyée. Pour les murs et le sol, utilisez de l’eau tiède avec du dégraissant désinfectant.
  • Le lavabo et le bol de toilette sont lavés au nettoyant sanitaire, les miroirs sont frottés au produit à vitre et les poignées de porte et interrupteurs nettoyés avec des lingettes désinfectantes. Les distributeurs de savon, d’essuie-mains et de papier toilette sont réapprovisionnés.

Dans un restaurant, le nettoyage se fait quotidiennement tant au niveau des cuisines, que de la salle ou encore des toilettes. Le strict respect des règles sanitaires permet de minimiser les risques de contamination alimentaire. D’autre part, un établissement propre attire la clientèle et contribue à la fidéliser.

Posted in: Nouvelle

Leave a Comment (0) →

Comment désodoriser un tapis sans laisser de taches ?

Dans le salon, la salle à manger ou les chambres, un tapis est un élément de décoration indispensable qui apporte une touche chaleureuse à la pièce. Mais avec le temps, la nourriture renversée dessus, les allées et venues des animaux domestiques, ces tapis s’imprègnent de mauvaises odeurs contre lesquelles il faut lutter.  Comment désodoriser un tapis sans risquer de laisser des taches ?

Le bicarbonate de soude, un désodorisant à peu de frais

On utilise le bicarbonate de soude pour raviver les tapis et les moquettes ternes et les désodoriser, car il a un fort pouvoir d’absorption des émanations nauséabondes, et même des odeurs les plus tenaces. Avant de saupoudrer le bicarbonate, il faut passer soigneusement l’aspirateur sur le tapis afin d’éliminer un maximum de poussières et de saletés. On répand ensuite généreusement le bicarbonate de soude sur l’intégralité du tapis. On laisse agir toute une journée, ou au moins cinq heures. On repasse ensuite l’aspirateur, cette fois pour éliminer les résidus de bicarbonate de soude.

Si l’odeur à éliminer est particulièrement nauséabonde, comme celle de l’urine de chien ou de chat, cette méthode est conseillée : dans un bol d’eau chaude, on ajoute une cuillère à soupe de bicarbonate et une petite quantité de jus de citron. Puis on verse la solution sur la tache d’urine et on laisse sécher. Une fois le tapis sec, l’odeur comme la tache ont totalement disparu.

Un petit bémol tout de même : le bicarbonate de soude n’est pas compatible avec la laine.

Le vinaigre, un détachant qui désodorise

Économique et écologique, le vinaigre est un must have du placard des produits d’entretien. Ce détartrant et désinfectant naturel est aussi un puissant désodorisant, et permet d’éliminer les odeurs de transpiration, de vomi et d’urine. Il agit très efficacement pour enlever l’odeur de cuisine incrustée dans les tapis, de fumée de cigarette, d’animaux ainsi que tous les effluves qui découlent des petits accidents : plat ou verre de vin renversé, enfant malade ou petit oubli de son animal domestique. Le vinaigre blanc vient à bout de toutes les odeurs les plus désagréables. Il enlève aussi les taches tenaces : il suffit de le laisser agir environ dix minutes puis de rincer à l’eau claire.

Le vinaigre est toutefois à éviter pour les tapis en fibres naturelles.

Les solutions fabrication maison

En plus du bicarbonate de soude, il existe diverses solutions maison peu coûteuses et ne produisant aucun impact sur l’environnement. Elles permettent de neutraliser les odeurs tenaces telles que l’urine de chat par exemple.

On peut mélanger une tasse d’eau chaude à une tasse de vinaigre et une cuillère à soupe d’alcool à 70°C. Il faut ensuite appliquer le tout sur le tapis. Une fois que la solution a séché, on la rince puis on sèche le tapis.

Une autre solution particulièrement efficace consiste à mélanger deux cuillères à soupe de bicarbonate, autant d’eau oxygénée et de savon à vaisselle liquide, deux tasses d’eau tiède et une cuillère à soupe d’essence de vanille. Cette recette miracle permet de venir à bout des odeurs d’urine les plus tenaces.

Nos tapis sont soumis à rude épreuve. Ils récupèrent les miettes, les petits morceaux de nourriture, les poils des animaux domestiques, la poussière et les acariens, mais sont aussi victimes de nos maladresses. En plus de les aspirer régulièrement, il est indispensable de désodoriser de temps en temps les tapis afin d’assainir l’atmosphère ambiante et de conserver une odeur fraîche dans la pièce.

Posted in: Nouvelle

Leave a Comment (0) →

4 astuces pour réduire l’humidité à la maison

L’humidité est un problème récurrent dans les maisons. Non seulement elle provoque une sensation désagréable mais elle peut engendrer de sérieux problèmes de santé et d’allergies aux résidents du logement.
Comment réduire l’humidité dans une maison ? Quelles sont les astuces qui fonctionnent ?  

1. Ouvrir chaque jour les fenêtres pendant dix minutes

La première chose à faire dans une maison pour prévenir ou régler les problèmes d’humidité est de s’assurer qu’elle est bien ventilée. Fermer toutes les ouvertures vers l’extérieur afin d’éviter les déperditions de chaleur n’est en effet pas une bonne solution. Au contraire, une maison a besoin de respirer pour renouveler l’air ambiant et réguler l’humidité.

L’air extérieur étant plus sec que l’air d’une maison, ouvrir les fenêtres dix minutes par jour peut permettre d’éviter les problèmes majeurs d’humidité et la formation de champignons.

Dans les salles de bains et les cuisines, l’opération doit être effectuée après chaque douche ou préparation de repas. 

2. Installer une VMC

Si l’on ajoute une simple ventilation mécanique contrôlée, couramment appelée VMC, on fait entrer de l’air « neuf » de manière continue de l’extérieur dans les pièces principales. Celui-ci passe par les pièces humides, puis est aspiré vers l’extérieur. Les VMC les plus simples offrent un débit constant mais il existe des modèles plus élaborés qui adaptent leur débit d’air en fonction des variations du taux d’humidité du logement.

Quel que soit le modèle retenu, une VMC doit être entretenue régulièrement pour conserver son efficacité. Pour cela, il suffit de démonter les bouches d’aération et d’aspirer la poussière à l’aide d’un aspirateur, puis de les nettoyer à l’aide d’eau chaude et de dégraissant tous les trois mois environ.

3. Placer un déshumidificateur dans les pièces les plus humides

Il existe sur le marché des absorbeurs d’humidité chimiques ou électroniques qui permettent de capter en moyenne deux litres d’eau par semaine.

Mais un déshumidificateur fait maison est tout aussi efficace, tout en étant écologique et économique. Il suffit d’une bouteille en plastique, d’un peu d’argile, de litière pour chat, de gros sel ou de charbon, d’une compresse et d’un élastique pour en fabriquer un. La réalisation du déshumidificateur est très simple. On coupe la bouteille, puis on met l’argile, la litière, le sel ou le charbon dans la partie basse. Ensuite, on la recouvre avec la partie haute placée à l’envers. On aura préalablement remplacé le bouchon de cette partie par une compresse tenue par l’élastique. Ce déshumidificateur maison prêt à l’emploi permet de capter l’excédent d’humidité de la pièce.

4. Aménager son intérieur de manière adaptée

Aménager son intérieur astucieusement permet également de réduire la formation d’humidité. Il suffit par exemple de :

  • Laisser un petit espace entre les meubles et le mur. Cette petite astuce permet d’éviter que l’air ne stagne derrière les murs et que des moisissures n’apparaissent
  • Limiter la présence de plantes vertes qui génèrent de l’humidité
  • Faire sécher le linge uniquement dans les pièces d’eau et jamais dans les pièces de vie
  • Placer des capteurs d’humidité naturels, comme des pierres de sels d’Himalaya ou des petits morceaux de gomme arabique parfumée dans les placards et les armoires afin de réguler le taux d’humidité d’une pièce.

Avoir une maison humide peut être un véritable calvaire mais il est en règle possible de venir à bout des problèmes d’humidité en aérant, nettoyant sa VMC et plaçant des déshumidificateurs dans les pièces les plus humides. Si le phénomène persiste, il est probable que la maison présente d’autres problèmes nécessitant la réalisation de travaux. C’est le cas lorsqu’elle présente des remontées capillaires ou une infiltration d’eau provenant d’un mur extérieur, de la toiture ou d’une conduite d’eau.

Posted in: Nouvelle

Leave a Comment (0) →

AIR MILES

Nous sommes désormais partenaire Air miles!
Voyez nos promotions!